Le roman des batailles de France (Victor Hugo)

Buzenval

Alors la Gaule, alors la France, alors la gloire,

Alors Brennus, l’audace, et Clovis, la victoire,

Alors le vieux titan celtique aux cheveux longs,

Alors le groupe altier des batailles, Châlons,

Tolbiac la farouche, Asezzo la cruelle,

Bouvines, Marignan, Beaugé, Mons−en−Puelle,

Tours, Ravenne, Agnadel sur son haut palefroi,

Fornoue, Ivry, Coutras, Cérisolles, Rocroy,

Denain et Fontenoy, toutes ces immortelles

Mêlant l’éclair du front au flamboiement des ailes,

Jemmape, Hohenlinden, Lodi, Wagram, Eylau,

Les hommes du dernier carré de Waterloo,

Et tous ces chefs de guerre, Héristal, Charlemagne,

Charles−Martel, Turenne, effroi de l’Allemagne,

Condé, Villars, fameux par un si fier succès,

Cet Achille, Kléber, ce Scipion, Desaix,

Napoléon, plus grand que César et Pompée,

Par la main d’un bandit rendirent leur épée.

(Victor Hugo, L’année Terrible, Août, VI)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s