Poussez pas derrière ! Pas si vite devant ! L’art antique et délicat du positionnement des troupes par l’exemple, Zama (-202)

PF52257.33Hannibal, à la journée de Zama contre Scipion, couvrit son front de quatre-vingts éléphants, pour mettre le désordre dans les rangs ennemis. Il plaça les alliés en première ligne, les Carthaginois étant au contraire en troisième ligne, afin de les empêcher de fuir, et pouvant fournir une réserve contre les Romains qui, s’ils n’étaient pas rompus, devaient se fatiguer par l’attaque des auxiliaires. Sa seconde ligne fut composée des Italiens dont il se défiait, parce qu’il en avait amené une partie par force de leur pays. Scipion opposa à cet ordre de bataille son corps de légions, rangées sur trois lignes, hastaires, princes et triaires. Mais il rompit l’échiquier des manipules, laissant un grand espace entre eux, afin que les éléphants, excités par les ennemis, pussent traverser l’ordre de bataille sans le troubler. Ces intervalles étaient remplis par ses vélites, qui avaient ordre de se retirer, à l’approche des éléphants, derrière l’infanterie pesamment armée, ou sur les ailes. Sa cavalerie était rangée de part et d’autre, les turnes romaines à l’aile droite, commandée par Lelius et les Numides à la gauche, sous Massinissa. Un si bel ordre ne contribua pas peu à la victoire.

Sextus Julius Frontinus (v.40-103), Stratagèmes, livre 2

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s